Le mot des présidents

Un an sur deux on me demande de faire un discours qui doit imager l’activité morale d’une année au Parc de Montaud.

Mission impossible, trop de bouillonnements chaque fois, je dis que je ne sais pas et que je ne souhaite pas faire cet exercice.

Mais voilà, quand on est Président, un an sur deux il faut s’y coller…

 

En 2013, je vous avais parlé de l’histoire du Parc de Montaud, de son développement, de son besoin essentiel de nouveaux militants pour porter les idées et les projets qui fourmillent dans cette maison.

Aujourd’hui je vais essayer de vous parler des hommes, des femmes et des actions en cours qui constituent l’édifice.

 

L’année 2015, comme toutes celles que nous avons vécues et partagées ici, a été fertile en actions, en événements, en émotions, en difficultés et en rebondissements.

 

Quelques exemples de cette activité en vrac

 

  • En 2015 un énorme pépin nous est tombé brutalement sur la tête, la mort de Charlotte. Le décès de cette personne remarquable, de son mari et de son enfant dans un accident de la route nous a profondément marqués. Avec le départ de Charlotte nous avons perdu une amie très chère. Que dire de plus ? A sa mémoire, comme nous l’avions fait avec Jean MACHON pour le théâtre de verdure, nous avons décidé de nommer « Jardin de Charlotte » le nouveau projet dont nous vous parlerons en 2016.

 

  • En 2015, nous avons pensé qu’un point de situation globale de notre fonctionnement et donc, un rééquilibrage de nos actions étaient nécessaires.

Pour réaliser cela nous avons mis en place un Dispositif Local d’Accompagnement (DLA) qui sera réalisé en 2016 avec l’aide de la Coopérative de Conseil Enso et sous la responsabilité de Madame GRY qui a d’ores et déjà commencé son travail de prospection auprès de nous.

 

  • En 2015, nous avons renforcé notre fonctionnement « coopératif » à l’intérieur de la direction et avec le Conseil d’Administration.

 

  • En 2015, nous avons restructuré l’atelier bois autour d’un nouveau permanent et un nouveau local.

Le secteur ACI continue son activité autour du bois et de la rénovation intérieure.

Faites donc savoir autour de vous que nous fabriquons des cabanes de jardin, des toilettes sèches et que nous rénovons des appartements.

 

  • En 2015 nous avons signé une convention partenariale avec l’Association Service Logement et l’Association Emmaüs de Firminy afin de consolider les fondations de l’Atelier  et Chantier d’Insertion.

 

  • En 2015, quatre personnes sont entrées dans notre Conseil d’Administration. Nous les en remercions une nouvelle fois.

Ce renouvellement montre que nous ne sommes pas en perte de vitesse et que nos idées restent porteuses et entendues dans notre environnement.

Malgré cela nous sommes encore trop peu nombreux à tout gérer. Si vous souhaitez nous rejoindre faites le savoir. J’ai cru comprendre que nous avons quelques heureux candidats dans cette salle aujourd’hui.

 

  • En 2015 nous avons, à la demande de la Mairie de Saint-Etienne, organisé en collaboration avec nos partenaires, de nouvelles actions périscolaires pour les enfants du quartier.

 

  • En 2015, dans le cadre de notre Projet Animation de la Vie Locale, nous avons continué nos actions de collaboration avec le quartier, les familles et avons organisé de nombreux événements. Nous allons vous en présenter quelques-uns ce soir afin d’imager aussi notre philosophie du mouvement social.

 

  • En 2015, Adeline, encadrante d’insertion en plâtrerie peinture est partie vers d’autres rivages. Nous l’avions suivie et encadrée dans son métier. C’est une image 2015 de notre volonté constante de former des jeunes.

 

  • En 2015, les aléas de la vie ont rendu de nombreux animateurs indisponibles momentanément. Sans se poser de questions notre dynamique inter-secteur a fonctionné à « plein bal ». C’est l’esprit de solidarité que nous développons  et apprenons aux enfants et ados qui viennent ici.

Nous sommes une association d’éducation populaire et le revendiquons.

 

  • En 2015, nous avons soutenu, comme d’habitude, Montaud rêve (troupe de théâtre) et les Voisines (association de femmes) que nous saluons au passage.

 

  • En 2015, nous avons proposé une nouvelle tarification de nos activités afin d’être au plus proche des budgets familiaux de nos usagers.

 

  • En 2015, la sensibilisation à la thématique de l’environnement et au développement durable s’est poursuivie à travers les différents projets réalisés avec le centre de loisirs, l’école du Grand Clos, les habitants, les usagers du parc, le collège Puits de la Loire, la Maison Saint Sébastien…

 

J’ai sûrement oublié des tas de choses qui se sont passées ici en 2015.

 

Vous constaterez qu’ici l’action n’est pas en manque. Mais jusqu’où pourrons-nous trouver toute cette énergie qui nous a permis de rebondir jusque-là alors que de tout côté les subventions diminuent et que l’on nous annonce des diminutions encore plus graves l’année prochaine.

 

  • Comment pourrons-nous recevoir de plus en plus d’enfants, de jeunes au sein de notre association dans de mauvaises conditions ?

 

  • Comment pouvons-nous continuer à assurer nos missions autour de l’environnement  sans les financements nécessaires pour animer ce secteur ?

 

  • Comment pourrons-nous continuer à recevoir dans de bonnes conditions les personnes en difficulté dans notre atelier d’insertion alors que nos secteurs d’activité sont en grandes difficultés ?

 

A ce propos, ma conclusion sera :

 

Qui veut donc tuer l’Education Populaire ? Pourquoi ?

Qui criera au feu lorsque ce quartier, où il fait pour le moment bon vivre, brulera ?

 

Il est temps d’y penser et de réagir.

 

Michel VILLEMAGNE